1) Le stage en responsabilité “B”

Comment inscrire ses interventions dans une formation en alternance?

 Source: Cette pièce est extraite de la présentation Power Point intitulée « Les activités du praticien formateur et de l’étudiant », animée par B.A, formateur.

Descriptif : Cette slide précise l’existence de contraintes du fait de l’activité de l’étudiant en emploi en termes de lieux de stage et d’horaires. En effet, la formation pratique des stagiaires en Master ES s’effectue dans des établissements partenaires de formation. Elle est composée en partie d’un stage principal sous la forme d’un accompagnement de la pratique professionnelle pour l’étudiant en emploi, qui correspond à un volume de 6 demi-journées par semestre sur temps scolaire et de rencontres de travail hors temps scolaire qui correspond aux temps d’échanges entre étudiant et PF. Au vue de ces modalités de travail particulières, une des activités de PF, selon B. A, « pour réussir les interventions », est d’effectuer une partie des actions de formation par l’utilisation des outils de communication numériques apportant une plus-value à ces rencontres.

– Analyse:

Du fait de mes interventions à titre privé ou associatif, j’ai l’opportunité de m’engager dans de multiples actions de formations[1] en lien avec les MITIC. Mon savoir « expérientiel », au sens de Schön, dans mon quotidien d’enseignante, est lui-même en lien avec ces outils et reconnu par ma direction. C’est pourquoi inscrire mes interventions auprès de ma 2ème stagiaire dans une perspective d’alternance[2] conjuguant le présentiel et le distanciel est apparu comme une évidence en avril 2016. En effet, nous œuvrons chacune dans des établissements éloignés (Lausanne-Nyon) avec des horaires de travail lourds et très différents. Le planning des rencontres contractualisé a mis en évidence une difficulté notoire à échanger et co-construire. J’ai dès lors élaboré des scénarios d’ingénierie pédagogique de suivi facilitant les deux parties engagées pour rendre l’accompagnement des plus efficients. Cette slide a donc été le déclencheur et le fil rouge d’un suivi innovant sous une forme numérique afin que les liens perdurent au-delà de ma présence physique. Par ailleurs, le fait qu’un formateur adhère aux TIC me conforte dans mes valeurs de techno pédagogue et m’autorise: 1) à déployer une nouvelle panoplie de stratégies et d’outils, au service de l’accompagnement[3], afin que mon étudiante entre sereinement dans une pédagogie numérique active, 2) à développer une créativité didactique et pédagogique autant dans la dévolution de mes attentes en termes de construction de séances que dans la gestion des entretiens et des feedbacks à son adresse. Il apparaît donc que les TIC soient un levier dans mes activités de PF : ils facilitent les échanges, favorisent la continuité pédagogique, permettent un partage et une mutualisation des ressources, impulsent l’autonomie de l’étudiant, participent à son acculturation et à son évaluation.

 

[1] Compétence I : Expliciter, analyser et conceptualiser sa propre pratique professionnelle, notamment par la mobilisation de savoirs théoriques et méthodologiques

[2] Compétence II : Inscrire sa pratique dans le cadre des dispositifs de formation en alternance à visée intégrative de la HEP

[3] Compétence IV : Créer les conditions adéquates permettant un recueil d’informations sur les pratiques de l’étudiante en stage.


2) Padlet, un tableau blanc numérique au service du suivi de stagiaires

Comment observer et évaluer un stagiaire?

Source : Cette pièce est une capture d’écran d’un software nommé Padlet, tableau blanc numérique permettant une présentation virtuelle de documents en lecture seule et élaborée par moi-même. Il a servi de support à la certification orale  L’objectif de la certification orale était d’expliciter le processus qui a mené à cette évaluation, en particulier les médiations utilisées par le PF.

Descriptif : Cette image interactive présente les pièces certificatives, à savoir le protocole d’interaction (verbatim) et l’évaluation de la stagiaire. L’ensemble du suivi dans une visée d’alignement curriculaire a été présenté: ce portfolio comprenant le 1er entretien post leçon associé au verbatim, le 2ème entretien post leçon associé à une vidéo de la séance, un quizz numérique suivi des réponses écrites de la stagiaire, l’évaluation rédigée et des ressources.

– Analyse:

Pour rendre efficiente tant l’observation que l’évaluation d’une étudiante suivie à distance, le PF doit se doter d’outils qui lui permettent de recueillir et de visualiser un ensemble de documents tels prises de notes, grilles, verbatim, vidéos, ressources théoriques. C’est pourquoi Padlet est un outil intéressant 1) de support en présentiel lors des entretiens pour revenir sur un évènement critique[1], 2) de communication pour le temps hors classe en carnet de bord, en espace de ressources, 3) d’évaluation formative, et ce écrit, oral, visuel. Il est un cadre contenant et sécurisant pour se penser et continuer à élaborer l’accompagnement puisque non limitatif en termes de quantités de documents déposés. Ce portfolio retrace ainsi un parcours et garantit une mémoire de l’intégralité de mes agirs de praticienne réflexive passés. Mettre en ligne sur ce mur, au fur et à mesure des actions, permet d’anticiper, de planifier, d’entrer en perlaboration et de penser dans l’après coup, et ce à notre rythme et en fonction de la prédisposition psychique et cognitive du moment de chacune. Il en va du respect mutuel des partenaires engagés tant PF que stagiaire dont les conditions de travail et mandats diffèrent, ce qui implique une réelle prise en compte des temps de travail et de réflexion personnels. Ma pratique professionnelle s’est donc fortement enrichie en termes de gestion et d’organisation des apprentissages de l’étudiante en stage car cet outil participe à « créer les conditions adéquates permettant un recueil d’informations sur les pratiques de l’étudiante en stage et à « réunir les conditions nécessaires au développement des compétences travaillées, en fonction des objectifs de formation ». Un tel espace numérique de travail en tant que portfolio curriculaire permet : 1) un recueil précis d’informations sur ses pratiques suite à l’observation , 2) une identification de ses réussites et de ses difficultés via les entretiens dans la perspective de Timperley pour les analyser et lui communiquer mes rétroactions[2] en se basant sur son référentiel de compétences professionnel tout en garantissant éthique et bienveillance en termes de confidentialité des données.

[1] Compétence III :  Préparer et conduire des entretiens / Guider l’étudiant-e en stage dans l’analyse de sa propre activité en l’amenant à prendre en compte, au sein des situations d’enseignement/apprentissage les dimensions relatives tant à la didactique qu’à la pédagogie.

[2] Compétence IV : Etablir un bilan en utilisant les procédures et documents de la HEP.

 



3) Le cycle de Kolb revisité

Comment accompagner et former?

Source: Cette pièce est extraite d’une présentation numérique utilisant un software d’infographie nommé Canva , construite par moi-même. Elle constitue une adaptation personnelle du schéma du cycle de Kolb présenté par N.Z formateur, issue de son PowerPoint « Pratiquer des fondamentaux d’accompagnement ».

Descriptif : Ce schéma développé par Kolb en 1984 présente un modèle d’apprentissage « expérientiel » qui se fonde sur l’expérience professionnelle pour aller plus loin dans l’acquisition de connaissances et de compétences. Ce modèle en cycle a pour but de rendre compte de la démarche de questionnement et de réflexion d’un-e enseignant-e à propos de sa pratique, complété par les trois constituants de l’enseignement stratégique selon Tardif (1992) : contextualisation (ancrer les apprentissages dans les contextes pour leur donner du sens), décontextualisation (formaliser et structurer les savoirs d’expérience récoltés de manière à les rendre plus généralisables), internalisation et recontextualisation (appliquer ces savoirs formalisés dans d’autres situations, le transfert). Marcel Lebrun l’a revisité dans le cadre de la classe inversée dans une vision systémique. Enfin, je l’ai adapté au PF dans le contexte de notre certification.

Analyse:

Cette 3ème et dernière pièce est la concrétisation théorico-pratique de mon cheminement de pensée de PF réflexive alliant le pédagogique, la didactique, le numérique et la clinique. En effet, j’ai proposé à mes pairs de pousser notre réflexion en utilisant le modèle STAR (Situation, Tâche, Actions, Résultats)dans notre propre démarche certificative orale. Cette technique d’entretien permet de rendre compte du fonctionnement cognitif des professionnels, d’identifier les savoirs qu’ils mobilisent ou construisent dans l’action et sur l’action en référence aux travaux de Schön. Il s’applique aussi bien en classe avec nos élèves qu’avec notre stagiaire. J’ai démontré qu’il s’applique également à notre activité de PF dans une visée auto évaluative. Je l’ai ensuite transféré à un autre niveau en tentant de le croiser avec le cycle de Kolb en articulant distanciel et présentiel. Les formateurs ont salué ce travail créatif. Mais ma réflexion me pousse à aller plus loin car il me semble qu’un possible modèle théorique pourrait être envisagé par les formateurs. Il s’agit d’une formation Blended Learning au service de la formation PF et des stagiaires. Il apparaît ainsi que j’ai « explicité, analysé et conceptualisé ma propre pratique professionnelle, notamment par la mobilisation de savoirs théoriques et méthodologiques ». Je propose un parcours de formation différent, répondant à la composante « Inscrire sa pratique dans le cadre des dispositifs de formation en alternance à visée intégrative de la HEP », mais il s’agit avant tout de « collaborer et d’interagir avec les enseignants de la HEP dans un souci d’amélioration du dispositif de formation », ce qui me tient à cœur (Compétence II). J’y reviendrai à travers la question vive ci-dessous.

 

Suite de l’article ici